Visite chez Ruffus

Ruffus

Ruffus

On poursuit la découverte du vignoble de Belgique en allant cette fois du côté de Haulchin, dans le vignoble des Agaises, chez Ruffus, un vignoble de 30 hectares planté sur des sols principalement calcaires où le Chardonnay est roi, complété de Pinot noir et de Pinot Meunier. Le domaine produit exclusivement des vins mousseux de qualité élaborés selon la méthode traditionnelle.

La famille Leroy-Prévot est à la tête d’une société spécialisée dans le négoce de vins depuis 5 ou 6 générations. C’est au début des années 80 que germe le projet de planter des vignes sur un côteau orienté plein sud qui sied sur une veine de calcaire. A l’époque, le côteau appartient à un fermier de la région mais ce dernier ne donne pas une suite favorable au projet. En 2001, l’idée est remise sur le devant de la scène et la famille propriétaire des terres y voit une façon de diversifier les plantations sur cette terre peu propice à la culture de la pomme de terre. Le projet est lancé.

Avec l’appui du champenois Thierry Gobillard avec qui la famille Leroy a noué des liens de longue date, ainsi que de l’agriculteur Etienne Delbeke, ils plantent deux hectares de Chardonnay. Les plantations ne cesseront plus dans les années qui suivent jusqu’à atteindre la superficie actuelle de 30 hectares avec une densité assez importante de 10.000 pieds à l’hectare pour une production annuelle de 300.000 bouteilles.

La veine de calcaire qui traverse la région est le résultat de la présence d’une mer chaude qui recouvrait le bassin champenois il y a environ 65 millions d’années. D’ailleurs, le chai du domaine est construit sur un ancien four à chaux.

Le principal problème qui se pose actuellement est la gelée printanière. C’est pourquoi le domaine décide d’installer des tours chauffantes qui ressemblent à de mini éoliennes qui brassent l’air légèrement plus chaud en altitude vers le bas afin de protéger les raisins de la gelée.

La première vendange a lieu en 2003 et se fera de manière entièrement manuelle jusqu’en 2010. A partir de cette année-là, le domaine prendra en location des machines à vendanger avant d’investir dans ses propres machines à partir de 2017. Cela permettra de ne récolter que les baies arrivées à maturité et entièrement sèches.

Du côté de la cuverie, tout se fait par gravité. Les raisins sont triés sur une table de tri avant d’être déversés dans un pressoir à vis. L’an prochain, un nouveau pressoir de type pneumatique devrait faire son apparition. Celui-ci permettra une extraction plus fine du jus. Actuellement, plus aucune manipulation n’est sous-traitée, le domaine gère tout de A à Z.

Dans un avenir proche, la famille Leroy compte agrandir encore sa cave de vieillissement en creusant directement dans le calcaire. Cette cave permettra de stocker les bouteilles plus longtemps avant d’être mises à la vente car, au niveau gustatif, il est plus intéressant d’attendre entre 6 mois et 1 an avant de déguster un Ruffus. Cela permettra de vendre les bouteilles à leur bonne maturité. Un autre projet oenotouristique est en cours de réalisation. Il sera alors possible de se balader au sein du domaine et d’ensuite déguster une coupe sur la superbe terrasse panoramique à l’arrière du chai.

L’avenir est donc en marche et les investissements futurs promettent encore de belles choses pour un vignoble en pleine expansion.

Ruffus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *